skip to Main Content
Prim’News
Journalistes d'un jour

Prim’News

Dans le cadre de notre projet collectif en début de formation, nous avons travaillé avec Julie Lällouet-Geffroy, une journaliste indépendante qui nous a expliqué comment réaliser, structurer un journal de A à Z, elle nous a montré différents journaux pour la mise en page et nous a aidé à nous organiser.

Notre Journal

On a commencé par choisir un thème parmi d’autres que la journaliste nous a proposés, en votant. On a choisi les violences policières et le racisme. Pour créer le contenu du journal on est parti de nos idées que Julie a ensuite validées (ou pas).

Pour réaliser le contenu du journal, on a interviewé plusieurs personnes à propos des violences policières : Valentin Gendrot, l’auteur du livre « FLIC »  et Awa Gueye, dont le frère Babacar a été victime de violences policières.               
Nous avons aussi été à Rennes pour réaliser des micro trottoir : on est allé à la rencontre d’inconnu-e-s dans la rue pour les interroger sur les violences policières et le racisme.

On a utilisé différents outils : des ordis, appareils photos, des dictaphones, on a pris des notes lors des interviews, on a utilisé un logiciel spécialisé pour la mise en page finale.

Chacun-e a trouvé sa place au fur et à mesure dans l’organisation des tâches, avec certaines personnes qui avaient des responsabilités plus précises (la mise en page, la correction des textes finaux, etc).

Une fois toutes les informations récoltées, on a construit différentes rubriques : un dossier thématique, culture, #blacklivesmatter, les micro-trottoir, les discriminations à l’emploi, sur le sexisme. Après avoir travaillé par petit groupe sur chacune des rubriques, nous avons tout mis en commun pour les rédiger.

Choisir la Une du journal a été un travail à part entière :  nous avons d’abord choisi une photo en noir en blanc sur internet puis nous avons inventé le titre, Prim’News.

Une fois la rédaction et la mise en page terminées, nous avons appelé des imprimeries pour faire des devis et on a envoyé le journal pour l’impression. On devait visiter l’imprimerie mais impossible à cause du Covid-19

On a attendu l’arrivée du journal avec impatience !

Depuis que le journal est imprimé, nous avons fait parvenir quelques exemplaires au Super U de Guipry-Messac. On a rencontré un petit groupe de Rennes, de la même formation, avec qui nous avons débattu autour des violences policières. Le débat était difficile car c’est un sujet sensible. On a rencontré la MJC (maison de la jeunesse et de la culture) qui va nous aider à diffuser le journal dans Guipry-Messac.

C’était sympa de faire ce journal, on a appris à se connaitre en même temps et puis c’était enrichissant car aucun d’entre nous n’avait jamais encore travaillé sur ce projet ou sur un projet similaire.

L’article de Julie Lallouet-Geffroy sur notre expérience commune: https://julielallouetgeffroy.wordpress.com/2020/12/08/une-redaction-ephemere/

Back To Top